Mon enfant a mal au ventre: que faire ?

Les enfants se plaignent régulièrement d'avoir mal au ventre. Un mal de ventre peut avoir de nombreuses causes. Retrouvez dans cet article nos conseils pour distinguer les cas graves et soulager les maux de ventre de votre enfant.
mal au ventre may

Les maux de ventre sont très fréquents chez l’enfant. Ils commencent dès le plus jeune âge avec les coliques du nourrisson. Le mal de ventre est par la suite l’une des causes les plus fréquentes de consultation chez le pédiatre. Néanmoins, derrière un “j’ai mal au ventre”, il peut y avoir de nombreuses causes. Du cas le plus bénin jusqu’au cas grave nécessitant une intervention urgente. 

Comment reconnaître une crise d’appendicite ? Quand consulter si mon enfant à mal au ventre ? Comment soulager les maux de ventre chez l’enfant ?

Maux de ventre : ce qui doit vous alerter

Les enfants se plaignent souvent d’avoir mal dans tout le ventre ou au niveau du nombril. Si votre enfant montre un point précis (en dehors du nombril) et si les douleurs le réveillent la nuit, ce n’est peut être pas si bénin …

Le conseil du pédiatre : Demandez à votre enfant où il a mal sans lui nommer une partie du corps. S’il montre un point précis en dehors du nombril, vous pouvez appuyer tout doucement sur la zone désignée. Si cela semble lui faire très mal consultez sans tarder.

Dans le cas où votre enfant a mal au ventre, le plus important est avant tout de savoir repérer les cas les plus graves.

Si vous êtes dans l’une des situations suivantes, appelez le 15 :

  • La douleur est très brutale et son intensité augmente vite. Il peut s’agir d’une crise d’appendicite. Au début de la crise d’appendicite, la douleur n’est pas forcément localisée. Elle se déplace en général ensuite en bas à droite de l’abdomen. Lors d’une crise d’appendicite, il n’est pas rare que la douleur abdominale soit accompagnée d’une légère fièvre et/ ou de vomissements. 
  • Votre enfant a entre 6 mois et 3-4 ans et présente de violentes crises de douleurs abdominales qui se répètent, sans pour autant de fièvre : il peut s’agir d’une invagination intestinale aiguë.
  • La douleur fait suite à un traumatisme physique récent (chute, coup, accident). Un fort mal de ventre après une chute ou un accident peut-être le révélateur d’une complication grave.
  • Votre enfant ne parvient pas à aller la selle, à émettre des gaz ou à uriner.
  • En cas de fièvre, surtout si elle est modérée (de 38 °C à 38,5 °C), de difficultés à respirer, de vomissements, de diarrhée abondante ou de sang dans les urines ou les selles.
  • Les maux de ventre sont intenses et associés de manière persistante à un ou plusieurs des symptômes suivants: pâleur importante ou jaunisse, maux de tête, brûlures en urinant, selles rouges ou noires, vomissements verts ou jaunes.

Le conseil du pédiatre : En cas de suspicion d’appendicite, votre enfant ne doit ni boire ni manger avant de voir le médecin. Pour en savoir plus sur l’appendicite, le symptômes, les bons réflexes et l’opération, nous vous recommandons cet article.

Comme toujours, appelez le 15 si vous constatez l’un des troubles suivants :

  • Comportement : votre enfant est mou ou somnolent, grognon, il ne se comporte pas comme d’habitude. Il dort beaucoup et est difficile à réveiller.
  • Coloration : il est très pâle, ses yeux sont cernés et les globes oculaires ont l’air enfoncés, sa peau est marbrée.
  • Respiration : a du mal à respirer ou a une respiration rapide. 

Ce qu’il faut surveiller

  • Le ventre bien sûr 🙂 votre enfant est-il ballonné ? Son ventre est-il dur ? A-t-il des gaz ?
  • Les selles : la constipation comme la diarrhée peuvent expliquer les maux de ventre. 
  • L’urine : est-ce que votre enfant fait pipi plus souvent que d’habitude ? Est-ce que faire pipi est douloureux ? Y-a-t-il du sang dans les urines, de la fièvre ? C’est peut-être une infection urinaire qui nécessite un traitement antibiotique.
  • La digestion : certains aliments semblent mieux passer que d’autres ? Votre grand enfant se plaint de douleurs et de ballonnements après avoir pris son lait matin? Parfois en grandissant les enfants peuvent avoir du mal à digérer le lactose du lait. Parlez en à votre médecin afin d’adapter son alimentation
  • La croissance : si votre enfant ne prends pas suffisamment de poids, consultez. Il peut s’agir d’une allergie ou d’une intolérance au gluten.
  • Son état de stress et d’anxiété : est-ce qu’il y a eu des changements récemment (déménagement, séparation …) qui pourraient le stresser ?

Ce qu’il faut faire 

Pour soulager les maux de ventre passagers : 

  • Selon la source du problème, adaptez le régime alimentaire : plutôt des fibres en cas de constipation, plutôt des aliments constipants en cas de diarrhée, et dans tous les cas, beaucoup d’eau ! Aussi, massez les ventres tendus ! Très doucement, et toujours dans le sens des aiguilles d’une montre. Pour les plus grands, la bouillotte tiède (pas trop chaude) est aussi un bon allié. 
  • Du paracétamol pour soulager les douleurs plus importantes (Doliprane®, Dafalgan®,  Dolko®…)
  • Si les douleurs persistent, consultez. Votre médecin vous prescrira, si besoin, des examens complémentaires. Il pourra également vous recommander un traitement pour soulager votre enfant (antispasmodique, pansement intestinal, probiotique ou charbon activé par exemple).

Et si on ne trouve rien pour expliquer les douleurs ?

Comme l’adulte, l’enfant est soumis au stress et à l’anxiété, et cela peut provoquer des maux de ventre.  Si votre enfant a mal au ventre et que vous ne parvenez pas à identifier l’un des symptômes physiques ci-dessus, il peut s’agir de douleurs “fonctionnelles”, c’est à dire psychologiques. Dans ce cas, le plus important est de vous montrer compréhensif avec votre enfant afin d’identifier la cause éventuelle des douleurs. Si les douleurs surviennent toujours dans les mêmes circonstances (avant d’aller chez la nounou, à la garderie ou à l’école …) il y a peut-être eu un facteur déclenchant. Parfois ce peut être un évènement qui peut vous paraître tout à fait anodin mais qui ne l’est pas pour l’enfant. Même s’il est tout petit, vos paroles sauront le réconforter.

Le conseil du pédiatre : La première étape est d’aider votre enfant à nommer sa douleur. N’hésitez pas à lui poser la question directement: “Montres-moi où tu as mal ? Comment ça fait mal ? Sais tu pourquoi tu as mal ?” Si votre enfant ne parvient pas à exprimer la cause du malaise vous pouvez l’aider en lui suggérant des pistes: “ Peut-être que tu as mal parce que, …”

Sources :

1- Douleurs abdominales aiguës non traumatiques, Martino A., Bontemps S., Journal de pédiatrie et de puériculture, 2018, N°31, p 146-153.

Besoin de poser une question à un professionnel de santé ? 

Notre équipe est à votre disposition !

Autres articles qui peuvent vous intéresser

Le sucre chez les enfants

🍬 Le sucre et les enfants c’est une grande histoire d’amour ! Dès sa naissance, votre enfant a une préférence innée et marquée pour les

Partager l’article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin