Sevrage de l’allaitement : le guide pour éviter les difficultés

Sevrage allaitement difficile

L’allaitement est une expérience merveilleuse qui ne doit pas être gâchée par un sevrage difficile.
Que l’arrêt de l’allaitement soit le fruit d’une décision de la mère ou de l’enfant, il marque une nouvelle étape dans leur relation. Au delà d’un changement d’habitude d’alimentation, le sevrage est avant tout une période de transition lors de laquelle la mère et son bébé apprennent à vivre sans ce moment si particulier qu’est la tétée.

Face à un tel changement, nombreux sont les parents qui craignent un sevrage difficile et appréhendent donc ce moment. Dans cet article, nous vous donnons des conseils pour accompagner votre bébé dans cette période de transition.

Sevrage de l’allaitement planifié ou naturel, des difficultés différentes

Le sevrage correspond au moment où le bébé cesse de se nourrir au sein de sa mère. Il n’existe aucune règle sur le moment parfait pour arrêter l’allaitement. Le sevrage est toujours un choix. Ce choix peut-être celui de la mère, on parle de sevrage planifié. Cela peut aussi être le choix de l’enfant, on parle alors de sevrage naturel.

Bien que l’OMS recommande de poursuivre l’allaitement jusqu’à l’âge de 2 ans, la pratique du sevrage naturel est peu répandue dans le monde occidental, et notamment en France. La principale difficulté du sevrage naturel est qu’il est … naturel, c’est à dire qu’on ne peut pas décider à quel moment l’allaitement prend fin. Comme pour l’acquisition de la marche ou de la parole, il n’y a aucune règle sur l’âge auquel un enfant décide naturellement d’arrêter de boire au sein. Cela peut en effet intervenir entre 2 et 6 ans.

Opter pour le sevrage naturel, c’est se lancer dans une aventure dont on ne sait pas quand elle se termine. C’est pour cela que le sevrage naturel peut effrayer certaines mamans.

Si vous optez pour le sevrage naturel, c’est un excellent choix pour vous comme pour votre enfant. Votre lait apporte à votre enfant de nombreux nutriments essentiels à son développement et renforce son système immunitaire. L’attachement que vous construisez ensemble est lui aussi renforcé par la proximité de l’allaitement.

Lorsqu’on opte pour le sevrage naturel, les principales difficultés sont liées au regard des autres et à la conciliation de l’allaitement avec la vie sociale et professionnelle. Pour anticiper ces difficultés, vous pouvez lire notre article sur le sevrage naturel.

Pour la grande majorité des couples qui choisissent le sevrage planifié, la fin de l’allaitement intervient quelques mois après la naissance au moment du retour au travail. L’enjeu est alors d’accompagner le bébé dans cette transition pour éviter les difficultés.

Le timing est clé pour éviter un sevrage difficile de l’allaitement

Le sevrage est un changement important pour votre bébé. Les tétées rythment son existence depuis sa naissance et sont pour lui un moment plus qu’agréable. En plus d’assouvir sa faim, la tétée est un moment doux et privilégié avec sa maman.

Vous comprenez donc pourquoi le sevrage est rarement accueilli comme une « bonne nouvelle » par le bébé. Il est donc essentiel de choisir le bon moment et d’y aller progressivement pour ne pas le brusquer.

Quand commencer le sevrage pour limiter les difficultés

Les bébés sont comme les adultes, ils n’aiment pas quand on change leurs habitudes. Avant de démarrer le sevrage, nous vous recommandons de vous assurer que votre bébé est dans de bonnes conditions pour faire face à ce changement.

Les conditions sont idéales si:

  • Votre bébé n’est pas malade. Les maladies infantiles peuvent être désagréables. Si vous pouvez éviter de commencer le sevrage quand votre bébé est déjà contrarié par une maladie, c’est parfait.
  • Votre bébé ne fait pas face à un autre changement important dans son quotidien (changement du mode de garde, déménagement, …). Chaque changement est une perturbation et votre bébé ne peut pas tout gérer à la fois !

L’idéal est de pouvoir anticiper le moment où vous commencez le sevrage. Cela vous permet de réunir les conditions pour que vous et votre bébé soyez dans les les dispositions idéales.

A quel rythme sevrer son bébé allaité ?

Comme tous les sevrages, le sevrage de l’allaitement est d’autant plus difficile à vivre qu’il est soudain. Même si le rythme de sevrage est différent selon l’âge de l’enfant, il est de toute façon préférable de le faire progressivement. En moyenne, il faut compter 3 semaines pour sevrer totalement un bébé allaité.

Il est préconisé d’éliminer une tétée après l’autre en laissant au moins 3 jours entre la suppression de deux tétées. Cela permet à votre bébé de s’adapter en douceur sur le plan nutritif comme sur le plan émotionnel.

Ce rythme est aussi important pour vos seins. Si vous supprimez les tétées trop rapidement, vous risquez en effet un engorgement car votre lactation n’aura pas le temps de s’adapter.

Anticiper les difficultés les plus courantes lors du sevrage de l’allaitement

Malgré de l’anticipation, de la préparation et de la patience, il est tout à fait possible que votre enfant éprouve quelques difficultés lors du sevrage. Rassurez-vous, vous n’y êtes pour rien. Chaque bébé est unique et vit le sevrage à sa manière. Voici quelques conseils pour faire face aux difficultés les plus courantes.

Le sevrage des tétées nocturnes

Les tétées les plus compliquées à éliminer sont souvent les tétées nocturnes. Et pourtant, ce sont souvent celles que les mamans voudraient éliminer en premier !

Plusieurs raisons peuvent expliquer ce phénomène:

  • Votre bébé ne peut pas « tenir » toute une nuit sans manger. C’est souvent le cas si vous démarrez le sevrage après quelques semaines d’allaitement. En moyenne, les bébés « font » leur nuit entre 4 mois et 6 mois.
  • Votre bébé ne peut pas s’endormir autrement qu’au sein. Beaucoup d’enfants prennent l’habitude de s’endormir au sein. La tétée fait ainsi parfois partie du rituel du coucher. Ainsi quand votre bébé se réveille la nuit entre deux cycles de sommeil, il a besoin de téter pour se rendormir. Ceci n’a rien à voir avec la faim. Pour l’aider à se rendormir sans téter, il faut éliminer la tétée de son rituel d’endormissement tout en le rassurant. Vous trouverez plusieurs conseils pratiques dans notre article sur le sevrage de l’allaitement la nuit

Le refus du biberon

Le refus du biberon est l’une des difficultés les plus courantes lors du sevrage de l’allaitement.

On comprend aisément qu’un bébé refuse de passer du sein et des bras de sa mère à une tétine en plastique froide et quelconque. Voici quelques conseils pour l’y aider:

  • Laisser quelqu’un d’autre donner le biberon. Si le bébé ne voit pas sa mère lors des biberons, il est moins frustré qu’elle ne lui donne pas le sein
  • Compenser le manque affectif lié à la suppression des tétées. Il est essentiel que votre bébé n’ait pas l’impression que sa mère s’éloigne de lui avec la réduction des tétées au sein. Pour compenser le moment privilégié de l’allaitement, n’hésitez pas à masser, câliner, bercer ou porter votre enfant encore plus qu’avant !
  • Dans certains cas, le bébé refuse le biberon car il n’accepte tout simplement pas ce contenant. Il existe des alternatives au biberon si vous êtes dans cette situation.

Que vous soyez en difficulté lors du sevrage ou que vous désiriez l’anticiper au mieux, n’hésitez pas à vous faire accompagner dans cette étape par des professionnelles de l’allaitement. Sur l’application May, des consultantes en lactation certifiées IBCLC sont à votre écoute tous les jours de 8h à 22h.

Une question ? 

Notre équipe de professionnels de santé est disponible 7/7 de 8H à 22H sur l’app May.

Autres articles qui peuvent vous intéresser

Une question ? 

Notre équipe de professionnels de santé est disponible 7/7 de 8H à 22H sur l’app May.

Partager l’article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin